Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 11:46

Kinshasa 20 avril 2015

Je ferme la porte de mon appartement et mets une chaîne cadenassée sur la grille qui sert d’antivol. J’emporte avec moi seulement une valise remplie de t-shirts et une petite bouteille d’eau pour la route. Je tente d’atteindre ma Pénélope kinoise pour lui signaler mon départ pour le Kasaï via le Bandundu, ça sonne cinq fois et c’est le répondeur.

Nous quittons Kinshasa, le plateau des Batéké offre un paysage somptueux et fort vallonné. La route du Bandundu est longue. A la bifurcation de Mbankana nous nous arrêtons pour nous sustenter, encore 300 km pour atteindre Bandundu-ville où mon bateau nous attend pour nous conduire sur la rivière Kasaï. Il est vingt heures. Mon chauffeur a choisi un restaurant au hasard. Toute la localité est dans le noir. Je suis donc sûr de dîner aux chandelles. Au bord de la grande route, on m’installe sur une chaise en plastique devant une autre chaise surmontée d’une lampe de poche. Je patiente seul dans un bruit de camions et de rumba congolaise devant cette deuxième chaise qui me servira de table. A mes pieds sur un sol de sable gris des braises font bouillir une casserole dont le couvert sautille. Une odeur de légume et d’huile de palme s’en dégage. Au menu du soir, il y a du poulet grillé et des feuilles de manioc. Le repas est bon, sans plus. Vu les conditions d’hygiène, j’attribue une note d’un dixième d’étoile à mon guide Michelin personnel, c’est passable. Quand je ne donne qu’un millionième d’étoile, c’est que je soupçonne la présence d’amibes : « fièvre typhoïde, ulcères à l’estomac, nœud dans les instincts ».

Bandundu-ville 21 avril 2015

On roule toute la nuit sur une route en terre battue après avoir quitté le bitume qui conduit à Kikwit. Pas de chef Yaka sur notre chemin, seulement quelques petits villages et des chèvres aveuglées par la lumière de nos phares qui tentent imprudemment de traverser la chaussée. A sept heures nous sommes enfin à Bandundu-ville. Nous attendons le bac pour changer de river. De loin, je vois mon bateau.

Bandundu-ville est une petite ville portuaire sur la rive droite de la rivière Kwilu (un affluent du Kasaï) promue au rang de capitale provinciale par un décret du président Mobutu de 1966, au détriment de Kikwit. Une ligne haute tension tirée du barrage d’Inga fournit du courant à la ville. Mais cette énergie bon marché ne lui a pas permis d’assurer son décollage économique. De vieux bâtiments construits par les Belges lui donnent des allures d’une ville coloniale ravagée par la crise. Une cathédrale en briques rouges domine le centre-ville, à sa droite une grotte abrite une statue de la vierge. Je contemple cette femme « divine » en marbre blanc et je me dis : « Encore une qui ne me répondra pas ! ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens