Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 19:16

Kinshasa le 20 octobre 2015

Aujourd’hui, Jean n’est pas venu travailler. Et comme par hasard un CD manque dans mon coffret. Il s’agit bien sûr d’une coïncidence. Personne ne pourrait croire que Jean ait pu voler le vingt-sixième CD de Vivaldi pour ensuite s’enfuir en brousse loin de la capitale. Un suspect doit correspondre à un certain profil. Je n’ai pas de photo de Jean. De toute façon aucun portrait-robot n’est dessiné pour un simple vol de CD. La police scientifique kinoise a autre chose à faire.

Mon livre de géométrie a également disparu. Je n’oserais même pas demandé à Jean - quand il sera de retour - s’il a vu ce livre. Qu’est qu’il s’en fiche des espaces vectoriels et des produits scalaires ! Calculer la distance entre un point et une droite, c’est le cadet de ses soucis. Dessiner une ellipse, c’est facile. Jean devrait pouvoir le faire. C’est comme dessiner un avion, cela ne demande aucune capacité particulière.

Comme tous les mardis, mon coiffeur a réussi son travail hebdomadaire, bien que je n’aime pas trop la forme hyperbolique de ma coupe. Il n’a aucun mérite à me coiffer car ma tête est ronde. Une tête conique d’extraterrestre aurait été plus difficile à raser avec une tondeuse.

J’ai une parabole à vous raconter. Nous étions assis côté-à-côté, elle et moi. Nous regardions dans la même direction, admiratifs d’un ciel azuré qui s’étend à horizon, parallèles comme deux droites qui se touchent à l’infinie. Au moment de nous quitter, j’espérais un signe léger, très chaste, en géométrie on appellerait cela « un baiser asymptotique». A la place elle me tendit la joue. J’ai pris la tangente et suis rentré tranquillement chez moi. J’ai dormi avec un terriblement mal de tête. Mon sinus me fait souvent souffrir.

Les échecs c’est de la trigonométrie, la musique de Vivaldi : de l’harmonie, les forces telluriques : des vecteurs qui s’additionnent. Tout ce qui nous entoure et tout ce qui nous gouverne sont régis par les mathématiques sauf l’amour. Qui connaît l’équation cartésienne de l’amour ? Pourquoi les personnes qui s’aiment sont éloignées et ceux qui n’ont rien à voir avec l’autre se marient ? La réponse est pourtant simple : une inconnue s’est introduite dans l’équation de nos vies, tel un grain de poussière d’étoile qui viendrait modifier la trajectoire de l’univers. Comment rattraper cette erreur ? Et combien de temps, cela nous prendra ?

Je finirai par trouver mon CD de Vivaldi quelque part dans ma chambre à côté de mon ordinateur, c’est justement celui qui contient les « quatre saisons ». A Kinshasa, nous n’avons que deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies. Justement ce matin il pleut sur la ville comme il pleut dans mon cœur.

Partager cet article

Repost 0
alain Bomboko - dans Humour
commenter cet article

commentaires

alain 29/12/2015 10:30

Merci pour ce commentaire.

ivycoumeca 27/12/2015 19:27

Lol.article "humour"? Je dirais plutôt romance!!

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens