Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 22:10

Kinshasa le 22 décembre 2015

Les butineuses du soir ont terminé de recueillir le précieux pollen. Comme pour les remercier les fleurs exhalent leur parfum. La savane sent bon en cette fin de journée : le jasmin mélangé à une odeur ambrée, boisée et terreuse propre à l’Afrique. L’argile transpire. Les agrumes apportent une note citronnée à ce bouquet tandis que la sève sanguine du padouk se retire des branches pour alimenter ses racines. Les femmes s’activent autour du repas du soir, bientôt les casseroles diffuseront des saveurs de basilique sauvage, de piments, d’aubergines, d’huile de palme rouge (non raffinée). Les braises sont incandescentes. Le poisson cuit dans des feuilles de bananiers. Une sauce aux arachides mijote. Les hommes patientent en mâchant des noix de cola. Un alcool local au goût de vodka sert d’apéritif. Certains déjà ivres palabrent à l’infinie sur des sujets désuets, en faisant de grands gestes. Timidement les tam-tams émettent leurs premières notes. Dans ma case je termine une petite sieste et m’apprête à rejoindre la communauté quand soudain j’ai le choc de ma vie.

- Mais qu’est-ce que tu fais là ?

Elle est devant moi dans un habit traditionnel. Elle a lâché ses cheveux qui forment une crinière. C’est une amie que j’ai connue à Bruxelles quand j’étais étudiant, que je fréquente à Kinshasa. Sa voix est mélodieuse.

- C’est grâce à moi que tu es ici dans ce village au bord du fleuve Congo. Je t’ai recommandé car je connais ton intérêt pour l’écologie et ta méfiance à propos de la finance internationale : les prêts à intérêt que toutes les religions monothéistes condamnent. Les Juifs toléraient cette pratique pour des prêts à des non-Juifs. Au départ la monnaie était un intermédiaire pour faciliter les échanges commerciaux. Elle constituait un étalon de mesure, un instrument d’épargne et servait à rémunérer les personnes qui travaillent et non à faire la fortune de rentiers fainéants. J’espère qu’une grosse crise bancaire anéantira tous ces spéculateurs véreux. Ce jour-là, le contribuable refusa que l’Etat s’endette pour les sauver de leur propre naufrage. En 2008, ils nous ont coûté cher. Le monde tourne mal à cause de la recherche du profit à tout prix. Les inégalités dans la répartition des richesses de la planète me brisent le cœur. L’arrogance des pays riches. La passivité des pauvres. Ici nous vivons dans une société véritablement non marchande en équilibre avec les ressources naturelles. Tout ce que nous mangeons est bio.

Les tam-tams rythmeront la soirée jusqu’à l’extinction des feux. Pour apporter un peu de légèreté après cette entame musclée, elle improvise une danse folklorique. Sa grâce m’impressionne. Je comprends l’affolement des faux-bourdons lors des vols nuptiaux des reines. Seule une dizaine d’entre eux parviennent à les féconder sur un bon millier de prétendants. Les heureux élus connaissent le sort qui les attend. Cet instant unique et très court vaut à leurs yeux le sacrifice suprême. J’y vois l’amour pour une reine qui entraîne la mort comme dans le récit de la guerre de Troie. Pour ceux qui l’ignoraient, les principes de la tragédie universelle s’appliquent au monde des insectes.

Des gardes surveillent les entrées des ruches. Grâce à un marqueur chimique spécifique à l’essaim, seuls les occupants légitimes peuvent y pénétrer. Le but est d’éviter qu’une abeille étrangère ou un intrus dangereux ne viennent s’emparer des réserves. Les phéromones de la reine répandues dans la ruche dissuadent les ouvrières de vouloir faire éclore une autre reine rivale. C’est un exemple de dictature hormonale.

- Enfin, ce soir tu sais pourquoi nous ne sommes jamais sortis ensemble malgré notre forte complicité. Demain matin je repars à Kinshasa où je retrouverai ma condition de femme ordinaire perdue dans la masse, alors qu’ici je suis la reine des abeilles. Une honorabilité que je vais bientôt céder à cause de la limite d’âge. J’espère que tu ne diras rien à personne et que tu ne m’en voudras pas. Maintenant, je dois te laisser.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens