Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 22:15

Musique 3 L’harmonie

Zaïko s’est disloqué. Ses leaders ont formé leur propre groupe musical, avec des fortunes diverses. Et Pépé Fély vit quelque part en Suisse. La musique congolaise est insipide. Les danses sont vulgaires. Je refuse de les exécuter, surtout en public. J’ai comme une impression bizarre. Mon cœur bat sans rythme. C’est mauvais signe.

Les années nonante commencent par des pillages. A la radio, le président Mobutu ne parle plus. Bientôt, sa voix s’éteindra pour toujours. C’est la mort annoncée d’une époque dissolue. D’un régime sans doute décadent. Pour les plus chanceux d’entre nous, les Mercédès ont été remplacées par des 4 x 4 d’occasion. Les autres s’habituent à prendre le taxi. Les plus maudits découvrent la marche à pieds. Des amis à la peau tendre grâce à la crème Nivéa – que nous mettions en hiver en Belgique - présentent un visage dont le cuir a noirci au soleil. A certains, des croupions de dindes sont servis à table. Un luxe, compte tenu des circonstances. Dans les chaumières sans climatisation, il faut souvent se serrer la ceinture. Les meubles et les rideaux cousus d’or ont été vendus à vil prix. On est tombé très bas. La prophétie de mon père s’est réalisée. Mes études me sauvent de justesse. Je pars travailler pour une banque à New York. J’habite dans un cinq étoiles. Mon bureau est niché au cinquante-sixième étage d’un gratte-ciel à Manhattan. Mais, je n’ai pas trouvé le bonheur pour autant. J’ai peur de mes frères Noirs sur les quais de la ligne «A» qui conduit à Harlem. Je n’ose pas m’aventurer dans Central Park après dix-huit heures. Je suis trop loin de mon pays. Le rythme de Zaïko n’est pas au même diapason que les tours jumelles, appelées à disparaître. Je parle tout seul dans un mauvais anglais sur la cinquième avenue.

J’en ai marre du béton et de l’acier qui me rendent fou. Je quitte ma cage dorée pour le grand air du fleuve Congo. Enfin, je respire. Ce sont les années deux mille qui commencent. La musique congolaise est une vraie cacophonie. Toujours pas d’amélioration en vue. La démocratie qu’on nous avait promise - sans le président Mobutu - est inaudible. Je n’allume plus la radio. Au sommet de l’Etat, c’est le système baptisé « un plus quatre ». Une présidence pour cinq personnes. Mieux ou pire qu’un triumvirat ? Il paraît que c’est le prix à payer pour la paix. Cette paix nous a coûté très cher. Je suis surpris de constater qu’on peut toujours tomber plus bas. La chute n’aurait-elle donc pas de limite ?

2007. Je débute ma carrière de marin d’eau douce. Le fleuve, c’est le thème principal de ma vie. Sur le net, je fais la connaissance de Pivoine, une amie qui m’accompagne dans mon écriture, comme certains jouent au piano à quatre mains. Je l’imagine métissée. La littérature m’a sauvé d’un monde tellement différent de ce que j’espérais quand je découvrais la vie, derrière les vitres teintées d’une Mercédès. Enfant, je m’étais promis une maison en marbre rose, comme le Petit Trianon à Versailles.

Nous sommes en 2016. Les journées s’allongent. La lumière est plus éclatante. Telle une hirondelle qui annonce le printemps, je rencontre par hasard Pépé Fély qui devient immédiatement mon ami. Zaïko a retrouvé sa place de premier orchestre de la capitale. Je recommence à chanter. Sur les pistes, j’exécute une danse amusante « Vim’ba ». Je retrouve le goût de la fête qui me rappelle l’époque où j’étais un cancre. Mais cette fois-ci, c’est grâce à l’argent que je gagne moi-même. C’est plus valorisant que de profiter des largesses d’un Etat prédateur. C’est aussi plus durable. Les dieux qui m’avaient quitté sont de retour.

- Le chanteur et le danseur m’ont parlé de toi. Dis-moi, derrière quoi cours-tu ainsi ?

- Je suis à la recherche d’une note, comme ils vous l’ont dit.

- Pourquoi ?

- Car j’aspire à l’équilibre de mon enfance, juste avant que Pépé fély ne quitte Zaïko. Une fois le la fixé, je pourrai accorder les autres notes de ma vie comme on accorde une vieille guitare qui n’a plus joué depuis longtemps.

- Ne sois pas nostalgique de ton passé. Regarde devant toi. L’avenir est radieux. Tu as perdu beaucoup trop de temps à vouloir toujours écouter par tes oreilles les voix de femmes apparemment amoureuses, leurs cœurs qui font semblant de s’emballer, alors que la « note juste » a toujours été en toi.

- Qui êtes-vous exactement ?

- Je suis l’harmonie. La paix qui règne dans ton cœur quand tu navigues sur le fleuve Congo. L’ordre qui organise l’univers. Je suis la musique, quand les sons s’harmonisent. Je suis l’harmonie des mots, dans ce cas, on m’appelle Littérature. Pour les couleurs, je suis un tableau. Je suis aussi le rire ou plus exactement l’humour. Je ne me sépare jamais du chanteur et du danseur. Pour toi en particulier, je suis l’idée que tu te fais de ton amie Pivoine que tu ne verras sans doute jamais. Peu importe, l’important est invisible pour les yeux. Je suis Pénélope pour tous les «Ulysse» de la terre. Bref, tu peux m’appeler l’art. Cette force capable de vaincre toutes les dictatures, de corriger toutes les injustices. Et quand deux personnes s’aiment vraiment, c’est moi, l’harmonie, qui procure une sensation divine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain 24/05/2016 06:26

Très beau morceau de musique. Toutes les belles musiques nourrissent le corps et l'esprit. Merci de me permettre cette rectification par rapport à ce que j'ai dit dans l'article sur "l'eau distillée".

Pivoine 22/05/2016 12:51

Je m'aime pas quand tu tires une tronche de matou tristounet. "Gros capitaliste"? Certainement pas, mais pas du tout Des années lumières te séparent de Bolloré, Bernard Henry Levy et autres. Je crois que t'as besoin d'un ego-strip toi aussi lool Reste plus qu'à écrire sur la photo d'accueil "Bienvenu sur le blog des ego-stripteaseurs" lool. L'argent ne fait pas le bonheur dit-on, mais il faut reconna^tre tout de même qu'il offre un sacré confort de vie. Tu travailles dur pour réaliser tes rêves, je te dis tout simplement "Bravo", continues d'arpenter le sentier de Dangote. Si je peux me permettre, j'ajouterai juste ceci, nous sommes sur le net, il n'y a pas que les bolos qui te lisent, il y a aussi nous autres, les OVNIS de la planète "Roture" lool. Les feux de route nous éblouissent, dans la mésure du possible, passer aux feux de brouillard lool. Petite douceur mangingue : Jarabi de Toumani et Sidiki Diabaté https://youtu.be/-cLAwAOi-hA

Alain 21/05/2016 17:47

Merci Pivoine pour tes commentaires. Ton absence fut longue. J'espère qu'un jour tu me parleras de tes égo-strip avec plus de détails.

Je ne suis pas un "gros capitaliste". De plus toutes ces Mercedes sont tombées en panne. Le régime a changé.

Pivoine 20/05/2016 01:39

Belle autobiographie saupoudrée d"autodérision. Je vois que Monsieur est né avec une cuillère d'argent dans la bouche, hmm...nous n'avons pas les mêmes valeurs lool. Hé! Tu risques d'attirer tous les Rocancourt et les Nathalie Nkoah( de la toile ) qui sont à l'affût du moindre signe de richesse matérielle lool. Je trouve le texte en italique très beau, poètique et profond, légère fragrance de Paulo Coelho. Après un bref épisode d'ego-strip et de self-transcendence, je reviens me délecter de ton ubivers, j'ai toujours été tenue en laisse par la beauté de ta plume.

Pivoine 20/05/2016 01:39

Belle autobiographie saupoudrée d"autodérision. Je vois que Monsieur est né avec une cuillère d'argent dans la bouche, hmm...nous n'avons pas les mêmes valeurs lool. Hé! Tu risques d'attirer tous les Rocancourt et les Nathalie Nkoah( de la toile ) qui sont à l'affût du moindre signe de richesse matérielle lool. Je trouve le texte en italique très beau, poètique et profond, légère fragrance de Paulo Coelho. Après un bref épisode d'ego-strip et de self-transcendence, je reviens me délecter de ton ubivers, j'ai toujours été tenue en laisse par la beauté de ta plume.

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens