Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 01:06

Sa revanche

J’aime voir Lulu réfléchir. L’éclat dans ses yeux quand sa décision est prise. Elle élimine mon principal atout, mon fameux fou de cases blanches en C4. Mon ouverture italienne est anéantie. Elle se venge de mon affront de la fois passée. C’est mon tour de jouer. Je cherche une stratégie. Concentrer mes forces sur son point faible. Etre patient, sans perdre trop de temps. J’avance ma tour sur sa colonne. Elle réplique en mettant sa reine au centre. C’est un avantage décisif. Je serai échec et mat. Pris au piège, coincé, ne trouvant plus de solution. Mais elle m’accord un répit aux allures d’une grâce royale. Je me cramponne à un faible espoir comme un cavalier qui s’agrippe à une monture qui se cabre. Ainsi la partie se poursuit. Elle veut me faire boire le calice jusqu’à la lie. Je tente une combinaison inutile et me perds sur les cases noires. Lulu se redresse sur sa chaise balancelle. Je comprends que l’estocade est proche. Elle assène ses derniers coups, puis se lève. Sa chaise continue de tanguer. Mon roi est au tapis. J’ai perdu.

Quelques minutes plus tard, elle apparaît au salon pieds nus sur la moquette. Elle porte mon peignoir bleu mal fermé. Elle s’approche d’un pas décidé, son regard lascif me fixe. Debout devant moi, elle me dit « Ce soir, tu ne me toucheras pas. Je veux que tu médites sur le sort de ton pays. Nous sommes le 30 juin. Le jour de votre indépendance. »

Mon pays a cinquante-sept ans, l’âge de la retraite anticipée pour les travailleurs d’une société en faillite. Elle est en bleue, la couleur nationale. Comme un drapeau en berne, le peignoir tombe par terre. Sa peau orangée ressemble au cuivre du Katanga et à la peau jaune des Chinois qui achètent nos minerais en échange d’un avenir en or, qu’on attend toujours. Le bleu et le jeune sont présents, mais n’oublions pas le rouge qui parcourt notre drapeau en diagonal de la manière d’un fou qui traverse un échiquier. Le rouge du sang versé par nos héros de l’indépendance. Je pense à Patrice Lumumba qui a dit ce jour-là : « Congolais et Congolaise, combattants de l’indépendance aujourd’hui victorieux». Je revois le roi Baudouin rougir. Moi aussi, je suis rouge de confusion face à tant de beauté. Et Lulu de me demander « A quoi, tu penses ? ». Sans hésiter, je dis « Je pense à tout, sauf à Kasparov ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens