Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 21:22
Révolution française : le Tribunal révolutionnaire
 
Le 10 mars 1793, le Tribunal révolutionnaire fut institué pour connaître « de toute entreprise contre-révolutionnaire ». Nommé par la Convention, il juge suivant une procédure simplifiée, le jury d’accusation a été supprimé, et les jugements sont sans appel. Pour les rebelles et les émigrés, le procès était réduit à la simple constatation de l’identité et au prononcé de la peine de mort. La défense et l’interrogatoire préalable des accusées furent supprimés. Le Tribunal n’eut le choix qu’entre l’acquittement et la peine de mort –pas d’emprisonnement. Il fut dirigé de main de maître par le très zélé Fouquier-Tinville, accusateur public.

Fouquier-Tinville.jpg

 
 
Selon la loi, lors de la « grande terreur », 10 juin 1794, la définition des ennemis de la Révolution est prise un sens large –on ne peut plus large. En effet, est considéré comme ennemi du peuple : « Tous ceux qui auront secondé les projets des ennemis de la France, en persécutant et en calomniant le patriotisme, ceux qui auront cherché à inspirer le découragement, à dépraver les mœurs, à altérer la pureté et l’énergie des principes révolutionnaires, tous ceux qui, par quelque moyen que ce soit et de quelque dehors qu’ils se couvrent, auront attenté à la liberté, à l’unité, à la sûreté de la République ou travaillé à en empêcher l’affermissement ».
 
 
 « Je ne suis qu’une hache. Peut-on condamner une hache ? » (Fouquier-Tinville, 1795). Paroles prononcées lors de son procès.
 
La Terreur aurait fait entre 35 et 40 000 morts (Donald Greer, historien).
 

guillotine.jpg

 
 
Exécution à la guillotine
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens