Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 19:12
L’autosuffisance alimentaire grâce au fleuve Congo
 
Dans ce projet économique basé sur le développement d’activités fluviales, quatre grandes priorités ont été retenues :
 
-         Le poisson : pêche, traitement, fumoir, commerce, etc.
-         La glace : fabrication, commercialisation, usage dans la pêche, etc.
-         Le commerce des biens de première nécessité et de la production agricole
-         Le transport de personne
 
Ce sont ces quatre activités prioritaires qui pourront être à la base du démarrage économique du Congo, le fleuve jouant un rôle de ressource naturelle gratuite ou de support.

 
Avec ces priorités nous prenons en compte les facteurs fondamentaux à la base du développement d’une économie moderne :
 
-         L’autosuffisance alimentaire
-         La conservation des aliments et l’hygiène
-         Le développement du commerce
-         La mobilité et la communication en générale
 
Le développement de la pêche va aider la R D Congo à tendre vers l’autosuffisance alimentaire.
 
L’usage de la glace industrielle aura pour objectif de conserver la production de poisson, pour permettre l’approvisionnement des grandes villes qui sont souvent très éloignées des sites de pêche.
 
L’approvisionnement des grands centres urbain de consommation nécessite des techniques modernes de conservation et le respect des normes sanitaires.
 
L’infrastructure fluviale va favoriser l’éclosion de nouvelles filières commerciales qui seront à la base de l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, moteur du dynamisme économique. Des biens de premières nécessités seront vendus dans les campagnes, en retour les produits ruraux seront acheminés dans les centres urbains.
 
Des régions entières seront désenclavées.
 
Le transport de personnes va paradoxalement permettre de freiner l’exode rural, dans la mesure où les personnes pourront aller et venir de la ville ou à la campagne sans craindre d’être bloqué une fois à destination.
 
La mobilité fait aussi partie de la qualité de la vie ainsi que du développement socioéconomique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pivoine 25/10/2007 16:08

Je vous félicite pour votre détermination à contribuer au développement de la RDC.Je pense qu'on doit évoluer mais pas à n'importe quel prix, surtout quand on a affaire avec des parténaires étrangers qui ne sont là que pour réaliser un bénéfice maximum avec un  trés faible coûts de revient.Il serait imprudent d'attendre qu'il y ait des dégats pour ensuite penser à les réparer. Je pense qu'il faut être prévoyant en définissant dés le départ les responsabilités de chacun face aux problémes réels ou potentiels pouvant découler d'une activité et fixer les prix( variables ) des domages et intérêts à payer.

alain Bomboko 27/10/2007 16:52

Je suis en train de faire un article sur le gaspillage de la civilisation moderne. Les E.U. représentent 5% de la population mondiale et consomment 25% de l'énergie utlilisée au niveau mondiale. Dès que l'Afrique a un projet, directement on pense à la préservation de la nature. Les riches occidentaux polluent dans la prospérité, et nous les pauvres Africains nous préservont la nature dans la masère la plus totale. Les occidentaux doivent se dire "en silence" : pourvu que ça dure.

Pivoine 21/10/2007 12:45

Un poisson tout seul dans une assiette ne constitue pas un repas équilibré. L'autosuffisance alimentaire passera par le développement de l'exploitation fluviale certes mais aussi par le développement de l'agriculture, de l'élévage et des infrastructures routières, aériennes et fluviales. Le fumoir reste un moyen de conservation de poisson pratique  dans les pays sous dévellopés. Le poisson fumé pése moins qu'un poisson frais, se conserve plus longtemps et est facile à transporter. La question de réflexion serait : "il y a-t-il un risque cancérigène dans la consommation du poisson fumé?"Le poisson frais est plus nourrisant mais sa conservation et son transport demande des gros investissements( chambre froide, camion frigorifié.....). La glace peut servir pour une  conservation du poisson frais sauf que c'est pour une durée limitée.C'est un marché trés porteur. Mais.....il y a un petit mais, je me demande si les exploitants auront assez de  scrupule pour respecter l'écosystème. Sauront-ils limités la quantité( journalière, hebdomadaire, mensuelle...) de poissons à pêcher pour permetre  la reproduction des espèces? cette activité va-t-elle profiter aux populations locales? Quand on voit ce qui se passe au Benin (crevettes ), en Tanzanie( perche du nil ) et dans bien d'autres pays, il y a lieu de se poser toutes les questions ci-dessus.

alain Bomboko 21/10/2007 17:48

Pivoine,
Un de tes derniers messages va enflammer tous les internautes : "un léger sourir, une demande expresse de ne plus faire languir trop longtemps". Cela pourrait faire rêver plus d`un.

Je pense que mon pays se développera principalement grâce à son immense fleuve. Toutes les grandes civilisations se sont développées autour d`un fleuve et d`une grande ville: Thèbes, Alexandrie, Rome, Babylonne, Athènes, Pékin,etc. Et peut-être un jour Kinshasa. Je me bats pour faire comprendre cela à mes concitoyens.

Tes remarques sont pertinentes. Il y aura sûrement des dégats dans la nature, qu`il faudra gérer. Mais on n`a pas le choix, on doit évoluer, et cela a un prix.

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens