Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 16:44

Un enfant à Kinshasa en 2009

 


Qu'est-ce qu'il fait chaud ce soir à Kinshasa. Je suis un enfant de la rue, qui traîne au centre ville, près du super marché « Kin-Mart », sur le boulevard du 30 juin. Tout le monde m'appelle « Shégué ». Et pourtant, j'étais un enfant sage au sein d'une famille unie, jusqu'au jour où mon père a quitté ma mère pour refaire sa vie. Ma mère s'est remariée avec un homme, qui ne m'appréciait pas. Un jour, mes parents m'ont traité d'enfant sorcier. Ils m'ont déposé sur le bord d'une route. Leur voiture a redémarré à tout vitesse. Je me suis retrouvé abandonné quelque part, près du centre ville.



Ma consolation, c'est que je ne suis pas seul dans ce cas malheureux. Nous sommes une bande d'une dizaine d'enfants, vivant au même endroit. La journée, nous passons notre temps à mendier, surtout auprès des européens, qui circulent dans des Toyota blanches sur lesquels sont inscrites deux lettres noires « U N ». Le soir le groupe se disloque, chacun cherchant à s'occuper comme il peut, en fonction des moyens qu'il a pu rassembler.

 

Ce soir, je pars à Matongé manger de la chèvre grillée. La musique de Papa Wemba, qui joue à fond, nous empêche de parler. Nous devons crier pour nous faire comprendre. Je remarque une Toyota blanche parquée dans les environs, quand subitement une panne de courant interrompt la musique, comme cela arrive chaque soir à Kinshasa. Chose curieuse, nous continuons à crier pour nous faire comprendre, comme au moment où la musique jouait. Et si des enfants essaient de dormir pour aller à l'école le lendemain, hé bien... tant pis pour eux.

 

Mais combien sont-ils en train de tenter de dormir dans ces quartiers populaires ? Car je suis impressionné par le nombre élevé d'enfants, que je rencontre en circulant la nuit : des cireurs de chaussures, des vendeurs de cigarettes, des marchands ambulants, des enfants musiciens,  des enfants orphelins, des enfants voleurs, des enfants dealers, des enfants ouvriers, des enfant abusés, des enfants soldats, et d'autres enfants accusés de sorcellerie comme moi. Je me dis que Kinshasa « by night » est finalement une ville pour enfants. Mais, contrairement aux enfants qui se promènent à Disney Land, nous ne croisons pas Mickey à chaque coin de rue,  mais bien des Toyota blanches.



 Le vacarme de la ville empêche les enfants de dormir. Seuls les quartiers huppés de la capitale offrent une certaine quiétude la nuit, dans ces villas où les Toyota blanches se garent après leurs tournées nocturnes. C'est là où vivent les enfants rois, trop gâtés, qui jouent à la PlayStation, ainsi que quelques enfants savants, qui font la fierté de leurs parents. J'ai failli oublier les enfants de cœurs, qui se reposent paisiblement dans leur chambre, qui jouxte celle de monsieur le curé, qui est si gentil. 

 

En rentrant en ville vers 5 heures du matin, une Toyota blanche me dépasse. La boisson alcoolisée, que j'ai bue, a dû provoquer en moi une forme de dyslexie, que je ne m'explique pas. En effet, il me semble que cette Jeep porte l'inscription « N U ». Mon impression est confirmée par le fait que plusieurs jeunes filles presque nues sont embarquées dans ce  véhicule, et parfois quelques garçons.



 

Après une longue marche à pied, j'arrive enfin au centre ville,  là où j'ai élu domicile, près du super marché. Un grand carton d'emballage traîne par terre, je m'en réjoui, il me servira de matelas.

 

Je vais dormir et faire de beaux rêves, comme le font tous les enfants. J'espère seulement ne pas rencontrer encore, dans mes rêves, ces fameuses Toyota blanches. Car cette blancheur-là n'est pas synonyme de pureté, et il ne faut pas être un enfant sorcier pour le comprendre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pivoine 26/03/2009 03:35

Oh! Merci Alain pour l'invitation, votre gentille spontanée me touche beaucoup.

Pivoine 25/03/2009 05:21

Stable, la crise n'a pas encore frappé à ma porte; mais par anticipation je joue à la fourmie et prospecte d'autres marchés porteurs. J'ai les yeux tournés vers les émirats ou les pays du sud, on verra d'ici Septembre...

alain Bomboko 25/03/2009 18:48


Saches que tu seras tjrs la bienvenue à Kinshasa : business, croisières, vacances, etc.



Pivoine 21/03/2009 01:56

Triste tableau! Où va l'humanité?

alain Bomboko 23/03/2009 12:27


Même en l'écrivant, ce texte m'a bcp touché.

Au fait, comment se portent tes affaires ?


Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens