Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 23:44

Gantée et chapeautée

 

 

 

http://umoor.free.fr/images/Semaine37SexyZap_7E03/SexyChapeau.jpg

 

Je l’ai toujours connue ainsi. Les gants servent à cacher son alliance. Le chapeau  pour réserver sa  coiffure à son mari comme le font les musulmanes. Au moins son  mari conserve-il encore ce privilège, car pour le reste…

 

Mais pourquoi dissimule-t-elle son corps avec ces parures dérisoires ? Serait-ce pour ne pas me mentir ? Se cache-t-elle pour se mentir à elle-même ? En réalité, c’est une femme honnête. Non. Elle représente le mensonge incarné. Conserver intacte une part de vérité logée sous une main gantée, c’est comme un désert qui renferme une oasis sachant très bien que ce détail ne change rien à sa nature profonde. Une pure fantaisie.

 

Elle est au premier rang devant un grand crucifix. Sans rougir de honte.  Son visage est méditatif, ses yeux fardés sont grand ouverts. Raide comme un cierge, les mains jointes, les jambes serrées, assise le dos cambré.  Elle chante à tue-tête à l'église. Elle sait qu'elle rira tout à l'heure à gorge déployée dans une alcôve. Demain, elle se confessera d'une voix flûtée voilée par un léger zézaiement : "Mon père, j'ai encore péché et cela ne m'a pas déplu, ... pas du tout.." Un  jour, un curé lui a dit : « ça suffit maintenant ! Rentrez chez vous. Et priez pour moi pour que je puisse oublier vos histoires envoûtantes. »

 

Parfois, je m’imagine cloué sur la croix de mes instincts primaires, incapable de me détacher d’elle. Cette femme a pénétré mon système nerveux central pour se loger dans mon cerveau reptilien. Son corps affûté comme une arme me rappelle à l’ordre. Mon intelligence reste spectatrice, impuissante à réagir, apte à mesurer l’étendue des dégâts.

 

Elle fait preuve d'une vénusté époustouflante. La dernière fois que je l'ai vue elle portait une veste tailleur avec épaulettes, des talons aiguilles accentuaient son allure élancée, et bien sûr  une paire de gants  assortie à un chapeau. Penser à elle jusqu'à en souffrir pour finalement  trembler en sa présence, tel est mon triste sort.

 

Mon étourdissement l’amuse. Mon engouement la rassure. En me draguant, elle savait d’instinct que je serai la proie idéale, suffisamment fort pour tenter de se dérober, trop faible pour lui échapper. Je suis entre deux eaux, ni trop cuit, ni saignant, à point pour l’assouvissement de son besoin permanant de séduction.

Partager cet article

Repost 0
alain Bomboko - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Barb' 12/07/2010 08:07



Voilà un beau texte! que je mettrais volontiers dans ma rubrique "Je ne m'appelle pas Sigmund!"


Salut & Fraternité!


Barb'



alain Bomboko 14/07/2010 11:30



Merci pour ton commentaire.



Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens