Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:32

Une fenêtre mal fermée

 

 

 

 

fenetre-2.jpg

 

 

Franchir les 144 marches qui mènent au sommet. J’ouvre une porte rouge en bois massif qui provoque un courant d’air. Hésitant, je pénètre dans une pièce mansardée. Sous l’éclairage d’une  lumière zénithale, je la vois. Elle est là. Je suis content de la revoir. Je craignais le pire car elle avait été confiée à un homme portant le masque d’Anubis, le dieu chacal.

 

Que dit-on dans pareille circonstance ? Un bonjour me paraît assez ridicule. Finalement, je ne dis rien et la rejoins sur un divan en velours bleu.

 

Elle ne porte pas de masque cette fois-ci. Je découvre enfin son beau visage aux traits fins, ses yeux espiègles en amende, des lèvres roses légèrement ourlées que surmonte un nez aquilin. Sa poitrine n’avait déjà plus de secret pour moi.

 

Sans prononcer un mot, elle se lève. Des bas aux sept couleurs de l’arc-en-ciel comme unique vêtement. Son corps brunâtre de métisse est moucheté d’une myriade de points noirs. Je remarque un point de beauté sur son plexus solaire, telle une éclipse partielle.

 

Elle improvise un défilé, me nargue de sa beauté insolente, s’arrête, me fait face et me fixe. Dans un miroir, je vois son dos et sa croupe bien en chaire -tout en n’étant pas proéminant. Avec la grâce d’une féline, elle s’assoit délicatement sur mes genoux comme Andromaque faisait avec Hector.

 

- Laisse-moi faire, me dit-elle.

 

Apprivoisé, je me laisse guider. Calé dans le divan. Ses bras m’enlacent. Ensuite elle se cambre, se rapproche, s’éloigne, s’accroche.

 

La porte est entre ouverte car un courant d’air intermittent balance le battant d’une fenêtre contre son embrasure avec une régularité étonnante.

 

L’odeur musquée de sa peau en sueur se mélange subtilement à son parfum à base de jasmin. Après une bonne dizaine de minutes, elle se rafraîchit en buvant d’un trait une boisson bleutée.

 

A présent, un vent, annonçant l’orage, souffle furieusement sous un ciel de traîne. La fenêtre –mal fermée- claque violemment à grands coups de butoir et mes mains également claquent sur sa croupe qui se trémousse. Le divan tremble. Le tonnerre gronde. Il pleut des cordes. Des filets de son breuvage bleuté s’écoulent de sa bouche baveuse et balbutiante.

 

Je bois également un verre de cette boisson bleutée. Instantanément, je ressens une énergie remonter de la colonne vertébrale vers le cerveau jusqu’à ce que je me sente partir ailleurs, …quelque part. Un mélange de sensations complexes me foudroie le corps et mes yeux sont éblouis par un éclair. Je lâche un cri guttural tandis que sa respiration en râles saccadés s’arrête pour émettre un hululement hystérique. Elle perd conscience, s’étend sur le divan velouté telle une naufragée. Une rafale de pluie s’engouffre dans la fenêtre mal fermée et vient recouvrir son corps d’une écume légère. Dans un soupir de satisfaction, ses yeux écumés se referment. Elle s’en dort doucement.

 

Mes sens sont au repos. Le tumulte atmosphérique est passé. L’averse n’est plus qu’un crachin. La porte du plaisir se referme, la fenêtre mal fermée aère la mansarde. Je la quitte et redescends les escaliers comme quelqu’un qui revient sur terre. Dans la cuisine, je me sers de l’eau avec un peu de jus de citron pressé. J’efface ainsi le goût amer que contenait cette mystérieuse boisson extatique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens