Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 00:25

Mon Film : La forêt Congolaise Source de Développement

 

 

 

Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 20:56

Croisière sur le fleuve Congo avec mon bateau




Tel : 081 512 00 35

00 243 81 512 00 35
Repost 0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 19:54

Nouvelles images de mon bateau








Repost 0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 16:09

Les bois de mon bateau

 

 

L'ossature de la baleinière est en Wenge.

 

  • - Nom scientifique: Milletia Laurentii
  • - Densité: 0,8 à 0,95 g/cm³
  • - Dureté: Dur et lourd
  • - Couleur: Brun sombre
  • - Autres caractéristiques: grain fin, excellentes propriétés mécaniques -résistance aux chocs -, «un bois parfait» adapté à tout usage. Excellente résistance à la pourriture
  • - Classe de risque biologique: 4 (utilisation au contact d'une source d'humidité permanente- eau douce)

 


Le pont de bordé ainsi que l'ossature de la superstructure.

 

  • - Autre nom: Iroko
  • - Nom scientifique: Chlorophora excelsa
  • - densité: 0,60 à 0,75 g/cm³
  • - dureté: Mi-dur et mi-lourd
  • - couleur: brun jaune
  • - autres caractéristiques: très durable, bonne résistance à la pourriture et aux termites, esthétique, moyenne résistance aux chocs, grain grossier
  • - Classe de risque biologique: 3 (pas d'utilisation au contact d'une source d'humidité permanente)

 


Le fonds de la coque est en Tola.

 

  • - Nom scientifique: Gosweilerodendron (balzaniferum)
  • - Densité: 0.45-0.55 g/cm3 (mi-dur)
  • - Couleur: brun à jaune ou à rouge
  • - Autres caractéristiques: relativement durable en milieu marin.
  • - Risque bio: 2 (bois déconseillé en cas de source d'humidification permanente).

 


Le revêtement de la coque (à part le fonds) est en Afromosia.

 

  • - Nom scientifique: Assamela Elata
  • - Famille: FABACEAE
  • - Densité: 0.7-0.8 g/cm3
  • - Couleur: brun à jaune
  • - Autres caractéristiques: naturellement durable.
  • - Classe de risque bio: 4 (utilisation au contact d'une source d'humidité permanente- eau douce)

 

Le bois rouge est en Padouk

 

  • - Nom scientifique: Pterocarpus soyauxii
  • - Famille: FABACEAE
  • - Densité: 0.7-0.8 g/cm3
  • - Couleur: couleur rouge vif, devient brun violacé à la lumière
  • - Autres caractéristiques: naturellement durable
  • - Classe de risque bio: 4 (utilisation au contact d'une source d'humidité permanente- eau douce)


Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 11:25

Mon nouveau bateau

 

Enfin, il navigue sur le fleuve Congo

 



Vu de l'intérieur

 






Repost 0
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 19:38

Un bateau en Afromosia

La construction du bateau après 2 mois de travail.

 

Kinshasa, novembre 2008
Repost 0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 18:53



Je choisis le bois pour construire une embarcation de 20 m qui naviguera sur le fleuve Congo.
Repost 0
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 02:04
Etanchéité et esthétique
 
Le savoir-faire des constructeurs de baleinières au Congo n’est plus à démontrer : des dizaines de baleinières sillonnent quotidiennement le réseau fluvial du Congo. A ce jour aucune avarie n’a été signalée pour défaut de fabrication. Les accidents déplorés surviennent à cause du mauvais balisage du fleuve – à certains endroits connus- ou à cause des conditions atmosphériques exceptionnelles que l’on rencontre essentiellement au niveau du lac Maï Ndombe. La surcharge est rarement mise en cause, vu que les baleinières sont systématiquement surchargées.
Cette fiabilité avérée n’exclue pas un besoin de modernisation. Celle-ci peut s’opérer sous trois formes : l’installation d’instruments modernes, un nouveau « design », ainsi qu’un meilleur traitement du bois.

Cette petite étude que vous allez parcourir va se pencher sur ce dernier aspect, notamment parce que ce point aura un impact direct sur l’amélioration du savoir-faire congolais.
Les bois utilisés en navigation sont des bois nobles, naturellement résistants. Ils nécessitent néanmoins un traitement en vue d’améliorer l’étanchéité ainsi que la longévité des embarcations. Nous allons examiner l’efficacité des différentes matières appliquées sur le bois en navigation, pour enfin proposer la formule la plus adéquate applicable par les constructeurs au Congo.
Ces matières protégeront le bois et nous donneront des baleinières encore plus belles.
1. LES ETANCHEITES BITUMINEUSES
Le goudron est un dérivé de houille de couleur noire. Sous-produit de la distillation de la houille lors de la fabrication du coke, il est très visqueux, voire solide (brai de goudron). Dans le langage courant, on le confond souvent avec le bitume d'origine pétrolière.
Le goudron de Norvège est aussi appelé goudron de pin, goudron officinal, goudron végétal, poix liquide. Il est obtenu par carbonisation du pin à l'abri de l'air puis distillation. C'est un produit visqueux et collant de couleur noire.
Le goudron a servi comme traitement du bois et dans la navigation depuis la nuit des temps.
undefined

Le bon vieux brai qui a été utilisé pendant des siècles avec succès sur les coques en bois était bien un goudron de houille très proche du goudron de pétrole.
Les traverses de chemin de fer en bois ont plus de 100 ans et sont en bois créosoté et la créosote est un dérivé du goudron.
Les anciennes péniches en bois étaient toutes goudronnées.

Peniche.jpg

Mode d’application. On passe une ponceuse excentrique au grain moyen à fin (on oublie pas le masque et le tuba pour faire toutcela). Un primaire est intéressant pour boucher les trous (le meilleur étant un mélange de mastic de vitrier, d'huile de lin ou du minium de plomb). On laisse un peu sécher et on recommence, cela donne une finition au niveau glisse.

Ensuite on passe le bitume, celui-ci doit être préparé dans une marmite que l'on fait chauffer jusqu'à ce que la salive y crépite. Ce système permet de bien faire pénétrer le produit dans les gerçures et autres aspérités profondes. Une deuxième couche peut être effectuée pour avoir une couleur homogène noire.
On répète l'opération tous les ans car le goudrons comme l'antifouling s'en va au fil du temps et blanchit.
2. LES ETANCHEITES NON BITUMINEUSES
Des techniques d'étanchéité non bitumineuses sont apparues dans le monde à partir des années 60, à la faveur des développements de la pétrochimie : Résines liquides polymérisables, mono-, bi- ou tri composants, par exemple l’époxy.
L'époxyde est un groupement chimique qui donne son nom à des molécules ou monomères époxydes puis par extension aux polymères polyépoxydes. Les polyépoxydes sont des résines thermodurcissables. Une fois « secs », ils prennent une forme rigide, ce qui permet de les utiliser pour renforcer les contenants qui en sont enduits.
Voici un exemple d’utilisation en navigation pour assurer une bonne étanchéité au niveau de la coque.
 
Tout d’abord il convient de faire un bon mélange entre la résine et le durcisseur : 4 volumes de base pour un de durcisseur. Pour des travaux de stratification nous utiliserons un durcisseur standard, ni lent, ni rapide.
 
Stratification. La stratification sert de  peau, isolant le bois des agressions extérieures et d'assemblage structurel entre deux éléments. Le tissu de verre, de carbone  ou de kevlar est posé sur le bois et imprégné de résine époxy. On appelle cela du bois composite. Pour une bonne application l’humidité ne devrait pas être supérieure à 12%.
 
Pour une bonne application il est nécessaire de bien raboter la surface avec une raboteuse pour obtenir une surface lisse ou bien passer un papier verre et dépoussiérer à la brosse.
 
Nous pouvons également poncer et ensuite le cas échéant dégraisser avec du diluant l’Epiglass.
 
Nous appliquons alors un tissu de verre qu’on enduit de résine époxy.
 
Ensuite la coque est poncée au grade 60 et recouverte d’une couche primaire interprime 820.
 
undefined
Primaire époxydique bicomposants à hautes performances, INTERPRIME 820 s'applique sur acier et alliages légers convenablement préparés et leur procure une excellente protection anticorrosive en zones émergées ou immergées. Peut également être utilisé comme primaire avant la mise en peinture de support polyester micro poreux ainsi que sur du bois « stable ».
 
Pour davantage imperméabiliser nous pouvons utiliser des enduits interfill 830-833 qu’on ponce au grade 36.
 
 
Interfill 830 est un enduit époxydique -sans solvant- bicomposants de faible densité utilisable sur tout support et en toutes zones et il est particulièrement recommandé pour l’application sur de grandes surfaces. Applicable jusqu’à 2cm sans risque de coulure, il reste facilement ponçable tout en offrant un film dur, résistant et très étanche.
Interfill 833 Fast Cure est un enduit de finition facilement ponçable utilisable sur Interfill 830, pour corriger les petits défauts de surface avant application des couches finales.
* Contient des charges fines permettant d'obtenir un fini très lisse après ponçage
* Facilement ponçage
* Teinte différente de l'Interfill 830
Interfill 833 Fast Cure peut être appliqué à la spatule, au couteau à enduire ou à la règle, jusqu’à 3 mm d'épaisseur. Interfill 833 Fast Cure, comme son nom l'indique, durcit très rapidement. Il peut être poncé et surcouché beaucoup plus rapidement que l'Interfill 833 standards.
 
 
La partie émergée est recouverte d’enduit interfill 835 au pistolet ensuite poncer au grade 80.
 
 
Interfill 835 est un enduit époxydique pistolable. Sa formulation à haut extrait sec permet d'obtenir une forte épaisseur de film en une seule couche.
* Facilement ponçable
* Contient des charges fines permettant d'obtenir un fini très lisse après ponçage
* Durée de vie du mélange importante
De part sa facilité de ponçage, Interfill 835 est idéale en couche de préparation finale sur grandes surfaces.
 
 
La coque dans son ensemble est encore recouverte d’un primaire interprime 820 dans un premier temps.
 
Enfin les parties immergées seront couvertes par interprotect (précède l’antifouling), la partie émergeante par interprime 880.
 
 
Interprotect : Primaire haute étanchéité applicable en toutes zones, évitant ainsi les ruptures de film éventuelles. Haut pouvoir anticorrosif pour protéger durablement les métaux. Liaison avant antifouling sur carènes neuves en polyester.
 
 
 
Interprime 880 est un primaire de finition époxydique bi-composants utilisable sur une large gamme de températures et procurant une excellente base lisse pour les finitions polyuréthannes telle qu'Interspray 900. Interprime 880 est également applicable directement sur les enduits Interfill 830 et Interfill 833.
* Peut être utilisé sur une large fourchette de températures (5°C-35°C/40°F-65°F) sans nécessiter d'ajout d'accélérateur
* Propriétés anticorrosives permettant de protéger les surfaces métalliques remises à nue lors du ponçage.
* Rapport de mélange simple (1:1) permettant un dosage aisé des composants.
* Permet d'obtenir une excellente brillance des finitions
* Caractéristiques de ponçage améliorées
Interprime 880 peut être utilisé sur de nombreux types de supports, y compris les matériaux composites, le polyester et les métaux ou bois correctement protégés.
 
 
Pour la finition extérieure :Nouveau polyuréthanne linéaire, bi-composants, très brillant. Interspray 900 possède d'excellentes caractéristiques d’application au pistolet et est particulièrement adapté à la mise en peinture de grands yachts par des applicateurs professionnels.
* Application au pistolet
* Large gamme de diluants disponibles, permettant d'obtenir d'excellents Résultats dans une large fourchette de températures. Film d'un brillant exceptionnel.
* Disponible en 21 teintes standard
 
 
Inter spray 900 procure un film d'un brillant exceptionnel, permettant une parfaite distinction de l'image (D.O.I). La durabilité inhérente de cette finition est améliorée par l'ajout d'agents anti-U.V issus de nouvelles technologies.
 
 
Pour la finition intérieure : DANBOLINEprotège les cales, les coffres et les endroits de rangement contre l'humidité, l'usure et les dégradations. Sa formulation spéciale donne une finition agréable qui peut être appliquée sur tous les bois, acier, alliage et polyester après un primaire adapté (Yacht Primaire). La finition DANBOLINE résiste à l'huile ainsi qu'au fuel et se nettoie facilement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Zones immergées
Zones
 émergées
La coque
entière
 
Bois
 
 
 
Contre-plaqué
 
Nettoyage
 
 
 
Supercleaner
 
Ponçage
 
 
 
80-180-280
 
Prétraitement
 
 
 
Diluant
Application
résine
 
 
Résine
Epoxy
 
 
 
 
Ponçage 60
 
Primaire
 
 
 
Interprime 820
 
Enduit
 
 
 
Enduits interfill 830-833
 
 
 
 
 
Ponçage 36
Grade 60-120
 
Enduit
 
 
EnduitsInterfill 835
 
 
 
 
 
Ponçage 80
 
 
Primaire
 
 
 
 
Interprime 820
 
 
 
 
Ponçage
Grade 280-320
 
Primaire
 
Interprotect
 
Interprime 880
 
 
 
 
Antifouling
 
 

3. Solution intermédiaire pour le Congo
La résine d’époxy diffère du vernis traditionnel par exemple, parce qu'elle enferme la coque dans une « gaine » extrêmement rigide, au lieu de la recouvrir d'un revêtement souple.
 
La résine d’époxy convient mieux à une coque de bois contreplaqué, et beaucoup moins à une coque en bordés sur membrures comme c’est le cas pour les baleinières construites en R D Congo. Les planches de bois (bordé) ne sont pas collées les unes aux autres, mais seulement aux couples transversaux. La variation de l’humidité et de la température fera -même très légèrement- dilater ou contracter le bois spécialement au niveau des joints. Ces mouvements dus à la variation de la structure interne du bois créeront un jeu qui sera contrarié par une couche trop rigide comme la résine d’époxy. Il en résultera des tensions au niveau de la coque.
Au Congo, il est recommandé de recourir au goudron (appliqué sur les planches de Tola) pour la partie immergée de la coque grâce à ses propriétés d’étanchéités prouvées depuis des siècles ainsi qu’à ses qualités d’antifouling.
Pour les parties émergées de la coque un traitement par des peintures et enduits « modernes » -époxydiques- est souhaitable. D’autant plus que le goudron tend à se dessécher hors de l’eauet perd de son étanchéité ; sans parler du caractère peu esthétique de celui-ci.
 
Zones immergées
Zones
 émergées
 
Bois stable
 
Sec <12% humidité
 
Sec<12% humidité
 
Ponçage
 
Grain
80-180-280
 
Prétraitement
minium
de plomb
 
Diluant HT 901
 
Couverture
 
Goudron
 
 
 
Primaire
 
 
Interprime 820
 
Enduit
 
 
Enduits interfill 830 +833
 
 
 
 
Ponçage 36
Grade 60-120
 
Enduit
 
 
EnduitsInterfill 835
 
 
 
 
Ponçage 80
 
Primaire
 
 
 
Interprime 820
 
 
 
Ponçage
Grade 280-320
 
Primaire
 
 
Interprime 880
 
Finition
 
 
Interspray 900
 
Repost 0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 17:37

Mon futur bateau en bois congolais

Le bois demeure le matériau le plus courant pour la construction des bateaux de petite taille (moins de vingt mètres). Dans les pays en voie de développement plus de 90 % des bateaux de petites tailles sont en bois. Le coût faible du bois par rapport aux autres matériaux (fibre de verre, acier) permet d’assurer encore de beaux jours pour le bois dans le domaine de la navigation.
 
La R D Congo commence à mieux prendre conscience de ses atouts en matière de construction d’embarcation en bois. Le nombre de baleinière augmente de manière constante. Grâce à la richesse de ses ressources forestières toute la gamme des bois tropicaux nécessaires à la construction ces bateaux est présente en abondance en R D Congo.
 

Num--riser0016.jpg

 
Nous avons des bois de type A -dur et lourd- recommandés pour la construction de l’ossature des bateaux en bois. Leur densité est supérieure à 650 g/cm³ après séchage à l’air. Exemple : Kambala, Afromosia, Wenge, etc.
 
Le Congo possède également du bois de type B avec une densité allant de 450 à 600 g/cm³ après séchage à l’air. Ce type de bois est utilisé pour le bordé et le pont des bateaux en bois. Ce sont des bois inertes, résistants à l’humidité. Exemple : Tola, Lifaki (sapelli), etc.
 
Le bois congolais qui actuellement est exporté trouvera une valorisation locale de plus en plus importante,  ce processus sera générateur d’emplois.
 
Caractéristiques de la baleinière moderne
 
  • Longueur       : 19,01 mètres
  • Largeur          : 4,20 mètres
  • Creux             : 1,50 mètres
 
Nombre cubique :          95,76 m³
Puissance :                     60  CV 4-temps et 25 CV 2-temps (Bimoteur)
Vitesse de croisière :    20-25 km/h
Charge max:                   15 tonnes
Nombre max pers. :       15 personnes
 
La baleinière moderne sera entièrement vitrée et équipée d’un WC, d’une douche, d’une kitchenette et d’instruments d’aide à la navigation.
Repost 0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 19:12
L’autosuffisance alimentaire grâce au fleuve Congo
 
Dans ce projet économique basé sur le développement d’activités fluviales, quatre grandes priorités ont été retenues :
 
-         Le poisson : pêche, traitement, fumoir, commerce, etc.
-         La glace : fabrication, commercialisation, usage dans la pêche, etc.
-         Le commerce des biens de première nécessité et de la production agricole
-         Le transport de personne
 
Ce sont ces quatre activités prioritaires qui pourront être à la base du démarrage économique du Congo, le fleuve jouant un rôle de ressource naturelle gratuite ou de support.

 
Avec ces priorités nous prenons en compte les facteurs fondamentaux à la base du développement d’une économie moderne :
 
-         L’autosuffisance alimentaire
-         La conservation des aliments et l’hygiène
-         Le développement du commerce
-         La mobilité et la communication en générale
 
Le développement de la pêche va aider la R D Congo à tendre vers l’autosuffisance alimentaire.
 
L’usage de la glace industrielle aura pour objectif de conserver la production de poisson, pour permettre l’approvisionnement des grandes villes qui sont souvent très éloignées des sites de pêche.
 
L’approvisionnement des grands centres urbain de consommation nécessite des techniques modernes de conservation et le respect des normes sanitaires.
 
L’infrastructure fluviale va favoriser l’éclosion de nouvelles filières commerciales qui seront à la base de l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, moteur du dynamisme économique. Des biens de premières nécessités seront vendus dans les campagnes, en retour les produits ruraux seront acheminés dans les centres urbains.
 
Des régions entières seront désenclavées.
 
Le transport de personnes va paradoxalement permettre de freiner l’exode rural, dans la mesure où les personnes pourront aller et venir de la ville ou à la campagne sans craindre d’être bloqué une fois à destination.
 
La mobilité fait aussi partie de la qualité de la vie ainsi que du développement socioéconomique.
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de alain Bomboko
  • Le blog de alain Bomboko
  • : Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
  • Contact

Recherche

Liens